Les vins du Bugey n’ont rien à envier aux plus réputés ! Un vignoble reconnu qui a même son AOC et des producteurs toujours heureux de faire découvrir le fruit de leur labeur.

Vignobles du Bugey : du vert au verre…

C’est un peu la devise du pays : du vert à perte de vue et un verre pour chaque moment de convivialité grâce à son vaste vignoble.

AOC Bugey

Dans le massif du Bugey s’étendent des hectares de plantations viticoles. Des coteaux discrets de Vaux-en-Bugey aux impressionnantes rangées de ceps de l’îlot de Montagnieu, la vigne est là. Elle patiente au soleil, prend l’air de la montagne, s’étire sur les flancs de falaises. Le raisin attend son heure pour mûrir et offrir un cépage labellisé AOC Bugey ou un vin indépendant, pourquoi pas à racines savoyardes.

Vignoble de Montagnieu
Vignoble de Montagnieu

Confidentiel

Confidentiel et parfois bien caché, le vignoble du Bugey parcourt les vallons du massif d’Est en Ouest, pour s’offrir les plaisirs des plus belles lumières de la journée, en admirant la vue sur le Rhône qui serpente et miroite à son pied. A son aise et les racines bien installées, il se laisse choyer.

Les viticulteurs du secteur lui portent une grande affection. Le long des coteaux escarpés ils déambulent pour prendre soin des grappes dont ils tireront des vins reflétant leur domaine. Si vous le demandez aux producteurs, lors d’une balade de caves en celliers, ils vous partageront peut-être les secrets bien gardés et les recettes de grand-mère qui font que chaque cuvée possède son caractère.

Un vignoble à découvrir sur le terrain

Son terroir, fruit d’une diversité de lieux étonnante, fait les personnalités multiples du vignoble du Bugey. Si le cœur vous en dit, partez explorer ces paysages, depuis la falaise de Saint-Sorlin-en-Bugey aux reliefs bousculés de Seillonnaz. Une traversée en voiture pour tout voir, tel un kaléidoscope vigneron, à pied ou à vélo pour la collection de cartes postales, ça n’a pas d’importance. On y vient pour picorer des points de vue, croiser des grangeons – maisonnettes de pierres abritant autrefois le matériel viticole – attendant là le retour des vendangeurs, s’imprégner d’un petit coin de beauté…

Découvrir le vignoble bugiste au plus près

Et si nous prend l’envie d’y séjourner, gîtes de charme et maison d’hôtes accueillantes ouvrent grand leur porte à ceux qui souhaitent faire une halte entre Rhône et Vignes ou Vignes et Montagne.

  • Pour des séjours consacrés à la détente, rien de mieux que de profiter d’une piscine avec vue ou d’un spa relaxant pour un week-end cocooning aux saisons fraîches.
  • Pour un ressourcement complet, la Tour d’Oncin, superbe bâtisse du XVIIème siècle, accueille séminaires et groupes pour des stages de développement personnel et de découverte œnologique.
  • Pour parfaire la parenthèse, La Fanfaloche régale ses hôtes avec une table aux repas faits maison à base de produits frais et locaux, le tout arrosé d’un vin du Bugey !

La boucle est bouclée.

Où acheter du vin du Bugey

Un paysage changeant au fil des saisons

Paisible, c’est le maître-mot de ces grands alignements de pieds de vigne, entourés de montagnes qui font le vignoble du Bugey. Mais le maître-artiste, ce sont les saisons qui peignent d’un même sujet, des tableaux changeants à la façon d’un Monet … Tour à tour lumineux et vibrant de nuances de vert au soleil, puis sec et brun, chahuté par le vent froid, ou merveilleux dans son habit de teintes mordorées de l’automne. La période idéale pour dénicher les panoramas avec les meilleurs spots photos et ainsi rentrer de promenade les yeux pétillants comme le blanc de Montagnieu, quelques clichés aux belles lumières dorées dans sa besace.

Bonus | Bonnes adresses, Histoire et anecdotes…

Ce sont les moines qui, au Moyen Age, développèrent la culture de la vigne sur les territoires de leurs abbayes. L’histoire du vignoble bugiste commence avec les moines cisterciens de Thézillieu et ceux de l’Abbaye d’Ambronay en 1135. Le vignoble atteint son apogée sous le Second Empire, dépassant les 7000 hectares ! Replanté lentement au XXe siècle, après une invasion d’insectes, il repose aujourd’hui sur un peu plus de 500 hectares, répartis en îlots sur des terrains rocheux et calcaires.

>>Une visite de la « Salle de la Vigne » au Musée des Traditions Bugistes vous en apprendra encore plus sur la tradition vigneronne dans la région jusqu’au milieu du XXe siècle.

>>Roussette, Gamay, Mondeuse, vin bio, naturel ou en biodynamie… pour les curieux, poussez la porte d’un des nombreux domaines du Bugey. Belles rencontres et souvenirs gourmands à la clé !

>>Le vin du Bugey : on dit de lui qu’il en existe un pour accompagner chaque plat, de l’entrée au dessert. Un hymne lui est même consacré :

« Tu ranimes les plus moroses,
Et donnes, au sots, de l’esprit,
Tu mets des feux aux lèvres roses,
De l’espoir au cœur qui languit.
O vin de nos coteaux antiques,
Où tu naquis en liberté
Garde bien tes dons symboliques :
Bonne humeur et franche gaîté. »

Un viticulteur de Pérouges au Bugey

Vignerons, hébergements et restaurants sur le territoire